Rechercher
  • Magali GUIRRIEC

Interview de Loïc, Manager à l’aéroport de Rennes


Quelle était la demande de départ ?

La proposition est venue de l’entreprise, soucieuse de me faire progresser. Elle impliquait forcément une remise en question globale de mon style de management. Il fallait être prêt et conscient d’en avoir besoin : comme pour un sportif, prendre conscience de ses capacités et de la manière avec laquelle elles vont progresser...


Quelles ont été les surprises du coaching ?

- Le questionnaire sur les croyances limitantes : je le trouvais simpliste et bizarre et puis finalement, ça m’a intéressé ! Ces croyances sont ancrées en nous, il vaut mieux les connaître pour avancer.

- La prise de hauteur sur les compétences (savoir, savoir-faire et savoir être)... Surprenant. Mais c’est une prise de conscience de notre bagage pour après ! En 10 heures, nous avons réalisé un travail productif et complet, j’ai même eu des devoirs à la maison !


Qu’avez-vous apprécié ?

La manière avec laquelle, la coach a procédé : c’était un leitmotiv !

A aucun moment, je me suis senti mal à l’aise ou en danger...les vérités ont été dites sans aucune violence, avec beaucoup d’empathie et de bienveillance.

J’ai switché mon comportement, j’ai changé d’angle de vue sans trop d’effort !


Comment avez-vous évolué ?

Je peux être parfois terre à terre... j’ai fait évoluer mon rapport à l’autre et à mon équipe. J’ai pris plus de hauteur, en mettant davantage de limites et en connaissant mieux les miennes. Je les ai acceptées et j’ai décomplexé !

J’ai pris aussi conscience de qui j’étais et de ce que je valais.


Recommanderiez-vous ce coaching ? Pourquoi ?

Non... mais si bien sûr ! (Rire)

Un coaching avec YENEA est intéressant, à condition d’être prêt à évoluer…

Ce n’est pas une formation, on n’est pas là pour apprendre du contenu, c’est un vrai travail de fond, avec des ancrages au fur et à mesure des séances. Lors des coaching, on reprenait mon quotidien avec mes réussites et mes axes de progression, ce que l’on a pu se dire est resté gravé, cela fait partie de moi maintenant, sans forcer !


23 vues0 commentaire